Un poème de Lucie Delarue-Mardrus

NORMANDIE

L'odeur de mon pays était dans une pomme...
Combien de fois aussi, l'automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie ! 

POMMIERS_NORMANDS

Ah! Je ne guérirai jamais de mon pays !
N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans la fraîcheur, la paix et toute l'innocence !
Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?

VERGER

Bonne journée !