vendredi 18 juillet 2008

UN PEU de LENTEUR ( suite )

Je prends alors conscience qu'une diligence aurait mis deux jours pour ce reste de trajet. Avec mon train rapide, je pouvais être à Paris une demi-heure plus tard. J'allais donc me réjouir de ce progrès qui nous autorise à nous rendre en Allemagne pour la journée et à revenir aussitôt, de cette époque qui permet de compresser tant d'expériences dans si peu de temps, lorsque tout à coup j'aperçois une fumée étrange par la vitre. Un instant plus tard, le train s'arrête. Nous sommes en pleine campagne. Un champ... [Lire la suite]
Posté par amicalesaintjo à 00:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]