Test045ANNEE 1959

Le 25 mai, vers 20 h, la foudre est tombée sur la cheminée de la chambre, côté nord .Un énorme morceau de maçonnerie fut arraché à cette cheminée sans l'abattre cpendant, et projeté sur le goudronnage de la cour, entre la statue de Saint Joseph et la façade nord. Les frais du sinistre s'élèvent à 105 600 francs. La décharge fut ressentie dans plusieurs immeubles de l'avenue Kreuzburg et jusque sur les coteaux. Quelques semaines après, bien avant que les réparations aient été entreprises, la foudre tomba de nouveau sur le bâtiment et endommagea la moto-pompe.

Durant le mois d'octobre, la cheminée fut refaite par M. J. Avignon, entrepreneur ancien élève . Dans la dernière semaine de décembre, la Compagnie d'assurances avait réglé tous les frais.

1961           La toile de fond de la vie de l'école a été la mise en application de la loi scolaire du 31/12/1959 .

Comment la vie de l'école en a-t-elle été affectée ? Déjà en 1960, le 28 décembre, les maîtres titulaires des 4 classes avaient reçu le certificat d'exercice .

En février, Mme Hodin, titulaire de la classe du CP réussissait l'écrit du C.A.P.

Le 13 octobre, le contrat simple qui accorde à l'école 4 postes d'enseignement a été signé à la Préfecture. Dans le courant de novembre, l'Inspecteur est venu faire subir l'oral du C.A.P. à Mme Hodin. Elle a été reçue . L'école attend le premier versement des allocations promises par la loi du 31 /12 /1959.

1962            Au cours de cette année, Mlle Coustié chargée du CE a réussi le C.A.P. Les deux institutrices et le Frère Jean Valat sont payés par l'Etat. Celui-ci ne réclamant pas encore les 50% des charges sociales, un capital important a permis d'entreprendre le gros travail de la réfection des toitures de la maison Fontarabie et des classes.

Les ardoises d'Angers ont remplacé celles qui furent placées en 1894. Des crochets de cuivre ont remplacé les popintes qui pendant 68 ans ont retenu les couvertures. La dépense s'élève à 25 000 NF ( notre franc vient d'être dévalué. )

Monsieur Gaston CAMBOT, Maire de Jurançon, Président de l'Amicale et ancien élève des premières années du siècle,  s'est éteint à l'âge de 59 ans. C'était un fier chrétien, un magistrat municipal fort estimé, un ami, une gloire de l'école. Ses obsèques furent célébrées le 12 novembre.