SOUVENIRS

     L'école était ouverte depuis deux ans, lorsqu'en octobre 1896, écolier timide, je m'assis pour la première fois sur les bancs de la grand'classe.

     Les choses ont peu changé depuis, ce sont les mêmes bâtiments, les mêmes salles claires, c'est la même statue de Saint Joseph qui présidait à nos jeux; à l'entrée, l'ombre s'est faite à peine plus dense.Les maîtres d'alors, étaient maîtres "d'abord", dans l'art de gagner notre confiance,notre affection, maîtres encore dans l'art d'enseigner.Ils avaient nom: Frères Isidore,Camille, Junien, Eugène, Jules.Il faisait bon vivre et travailler avec eux.

     J'ai gardé pour ma part, des deux années passées ici, le souvenir plein de charme d'une éducation toute paternelle, d'une bonne et vraie camaraderie qui rendaient très faciles et agréables les rapports des élèves avec les maîtres et des élèves entre eux.

     Dans mon souvenir, je ne sépare pas de leur oeuvre, les Dames Fondatrices de l'école. Nous les appelions simplement " les Dames ". Elles étaient de toutes nos fêtes, elles étaient de notre famille, d'autres mamans...un peu.

     Les années ont passé! La mort a frappé cette famille. A ceux qui les pleurent , je serais tenté de dire:" Ne pleurez pas , elles s'en sont allées là-haut, pour mieux protéger du ciel, leur école ".

                                          

                           écrit par M. l'abbé Moulié , curé de Jurançon .fonds_cardinaux2une_rose